Historique

La compagnie La métonymie est une compagnie de théâtre et d’art numérique qui travaille et créé en Île de France depuis 1996. La ligne artistique de la compagnie est centrée sur les questions de la place de l’individu dans la société et, depuis 2008, ces questions se font entendre à deux voix. Les axes de travail de la compagnie sont, pour le théâtre, l’exploration de l’écriture contemporaine engagée dans des questionnements citoyens; et pour l’art numérique, l’exploration des limites et points de convergences entre l’expression artistique et la recherche scientifique.

La métonymie naît en 1996 sous l’égide de Philippe Vallepin et Xavier Maître. Son objet : adaptations de textes à la scène, lectures de lettres et de romans.  La compagnie rencontre en 1998 la finlandaise Tiina Kaartama et ils produisent ensemble Le Concile d’amour  d’Oscar Panizza avec neuf comédiens et marionnettistes. La pièce sera jouée au Festival Universitaire de Nanterre et programmé au Théâtre Dunois.

Cette collaboration se poursuit et conduit à la création en France du spectacle La Fabrique de violence de Jan Guillou, au Théâtre Studio d’ Alfortville dirigé par Christian Benedetti, du 1er au 10 octobre 2002. L’écriture contemporaine et ses formes variées se trouvent désormais au cœur du projet artistique de la compagnie. La Fabrique de Violence, adaptée pour un seul comédien en forme de récit théâtral, interprété par Christophe Caustier, cumule à ce jour plus de 300 représentations et tourne depuis 10 saisons.FDV_112_debout

En 2004, la compagnie créé Mon Frère au Théâtre de la Noue, à Montreuil, une pièce sur la perte et le deuil adaptée à partir de sources différentes, le roman de Sigrid Zeewaert et des poèmes de James Sacré, mélangés aussi à quelques témoignages.

En 2005, la compagnie participe au Festival les Iles Flottantes au Théâtre du Chaudron (Cartoucherie) avec une petite forme Le Cadeau de Bengt Ahlfors, qui explore les limites d’une expression résolument contemporaine de sitcom et de son faux réalisme.

MFR_041108_337

En 2005 également, La métonymie fonde ensemble avec d’autres compagnies de théâtre et de danse, dans une démarche solidaire et mutualiste, une fédération de compagnies, des Organismes vivants, afin de trouver une pérennité dans les postes d’administration, diffusion et de production pour chacun des compagnies membres.

En avril 2007, une nouvelle création en France voit le jour au Théâtre du Chaudron : Quand les trains passent de Malin Lindroth. La culpabilité comme ciment d’une relation de couple, la culpabilité tout court, le passé qui nous construit au présent, se dessinent dans la parole mais aussi dans le silence et le refus de parole.

En 2007 Ikse Maître commence à présenter ses pièces et installations au sein de la compagnie. Elle, c’est elle : Une résonance, parcours vidéo-IRM/performance théâtrale, au Palais de la Culture à Puteaux et au festival Art et Science : Êtres en résonance, installation vidéo-IRM/performance théâtrale, au Centre Culturel Christiane Peugeot à Paris

En juin 2008, la compagnie créé au Théâtre Dunois à Paris Déguisé en homme, destiné au jeune public à partir de 7 ans, adapté du roman de l’auteur finlandaise Leena Krohn. Cette pièce sur l’étrangeté et la découverte de l’autre, sur la recherche de sa propre identité à travers l’autre, sera créée ensemble avec un orchestre de jeune violonistes, élèves de Sigismond Cachot à l’école Suzuki.Exif_JPEG_PICTURE

Le thème sera repris en parallèle, avec le même équipe de comédiens, par Ikse Maître, qui signe sa première mise en scène au sein de la compagnie : Autoportrait d’Edouard Levé, également au Théâtre Dunois (2008). La pièce est présentée conjointement à un parcours vidéo-IRM explorant le corps humain : Le Ravissement du vivant, parcours vidéo-IRM. Elle sera aussi accompagnée d’un developpement vidéo, Autoportrait – Premiers traits : www.artscience-autoportrait.org .

En mars 2009, est créée à l’Espace Gérard Philipe de Fontenay-sous-Bois, Gibier d’élevage, une pièce de théâtre adaptée à partir de l’œuvre de l’auteur japonais Kenzaburo Oé. En pleine guerre, un avion américain s’écrase dans les montagnes japonaises. Le rescapé est aussitôt fait prisonnier par les villageois. La prise est belle : le soldat est noir… Aux yeux des jeunes enfants naïfs et émerveillés sa nationalité, sa couleur, sa langue n’en font pas un étranger ou un ennemi, mais une simple bête dont il faut s’occuper.

En parallèle, les activités de La métonymie se diversifient, sous l’impulse de Ikse Maître.

En 2009 il présente Le Corps éclaté, une installation cybernétique, à la Nuit européenne des chercheurs, à l’École Polytechnique à Palaiseau ainsi que Les Larmes de Madeleine, une installation cybernétique et réanimation de la statuaire, aux Stèles de la création à l’Église de la Madeleine, Paris www.stelesdelacreation.fr

En 2010 il présente ensemble avec d’autres artistes Où commence le ciel à l’Église Saint Merry à Paris, www.leciel.org , une série d’installations cybernétiques et l’installation Les Pieds dans les nuages.

En 2011 Ikse Maître s’engage dans une collabaration avec Cyril Vachez pour développer La Lumière ne s’arrête pas là, une installation cybernétique de sur les trajectoires de la lumière et les changements d’espace-temps. Elle sera présentée dans l’exposition d’art contemporain La Science de l’art et lors des Journées arts et sciences du Printemps de la Culture, à Saclay, Orsay www.la-lumiere-ne-s-arrete-pas-la.org

premier intimite de letre2012-2013 deux nouvelles installations voient le jour, Premières Intimités de l’être et Le Corps fragmenté, installations cybernétiques et réalités augmentés par imagerie médicale, qui seront exposées pendant neuf mois dans le cadre de l’exposition Imagerie biomédicale, la vie en transparence,  au Musée des arts et métiers à Paris www.arts-et-metiers.net

L’année 2013, Tiina Kaartama signe également deux nouvelles créations :  Purge de Sofi Oksanen, et Ça foxtrotte dans la botte de Mamie de Sirkku Peltola.

Le roman Purge, à l’origine écrit pour être une pièce de théâtre, est l’œuvre majeure de Sofi Oksanen. Il a été récompensé par les deux prix littéraires les plus appréciés en Finlande, les Prix Runeberg et Finlandia, ainsi que par le prix littéraire du Conseil Nordique. La pièce est crée en mars 2013 à la salle Jacques Brel à Fontenay-sous-bois.

Ça foxtrotte dans la botte de Mamie, créée en novembre 2013 à Ermont puis à L’apostrophe scène nationale (Cergy), raconte une famille contemporaine, où l’on ne se soucie que de ses propres problèmes.

En janvier 2013, la compagnie signé une convention d’occupation de domaine public avec l’université Paris-Sud, afin d’installer au sein de l’université le neticLab, dont l’objet est la création collaborative art-science en particulier dans le domaine des arts numériques. En 2014, le projet  donne naissance au S.A.S.

Advertisements

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s